Projet anglais test

Agence de l'eau Rhône-Méditerranée Corse

Start date

01/01/1996

Project duration

17 ans

State

Finalisé

Budget

2 873 000€

Type of organization

  • Etablissement public ou collectivité

Project location

France, département du Doubs

Geographic extent

37 000 m

Funders

Agence de l’eau, État, Union européenne, conseil général, conseil régional, Conseil supérieur de la pêche, communauté de communes du plateau de Frasne et du val du Drugeon

Owner

Communauté de communes du plateau de Frasne et du val du Drugeon

General context

Le Drugeon est une rivière de moyenne montagne, affluent du Doubs, de 35 kilomètres de long. Son bassin versant s’étend sur 170 km2. Des dépôts morainiques permettent la présence de nombreuses zones humides.
La richesse biologique associée à la vallée du Drugeon est très forte, de nombreuses espèces d’intérêt patrimonial sont présentes :

  • 46 espèces de plantes protégées dont trois au niveau européen ;
  • 54 espèces de libellules dont quatre protégées ;
  • 80 espèces de papillons dont 7 espèces protégées ;
  • 280 espèces d’oiseaux observées (123 nicheuses) dont 9 nicheuses répertoriées dans l’annexe 1 de la directive européenne.

Entre la fin des années 1950 et le début des années 1970, la vallée du Drugeon connaît de lourds travaux d’aménagement hydraulique. Les marais et les tourbières sont asséchés par la rectification et le curage du Drugeon et de ses affluents. Les parcelles riveraines sont drainées. L’ensemble de ces travaux a pour objectif de transformer plus de 2 000 ha de zones humides en terres arables. Les travaux réduisent de plus de 8 km la longueur du tracé du Drugeon et ne permettent de gagner que 200 ha de terres arables. Ces modifications du milieu conduisent à l’incision du lit et à la dégradation des habitats aquatiques, à l’étalement et au réchauffement de la lame d’eau induisant de fait un développement algal et la réduction des biocénoses. Les effectifs de poissons s’effondrent, les grands plécoptères et les écrevisses à pieds blancs disparaissent totalement.

Concrete actions implemented

En fonction des possibilités d’intervention (fonciers, aspects sociaux et enjeux biologiques) différentes stratégies d’actions sont menées ;

  • aux sources du Drugeon, les aménagements consistent à diversifier les écoulements par l’ajout de rugosité et de caches ;
  • sur le Drugeon amont, où les anciens méandres court-circuités n’ont pas été comblés, un remblaiement total du lit rectiligne et la reconnexion des méandres sont opérés. Aucune protection végétale n’est utilisée, hormis aux intersections entre chenal rectifié et méandres où des fascines de saule sont utilisées ;
  • sur le Drugeon moyen, de nombreux méandres sont reconnectés et recréés ; le lit rectiligne est comblé. Sur d’autres secteurs, les anciens méandres sont remis en eau mais le lit rectifi é reste actif. Un ouvrage répartit l’eau entre le méandre et le lit rectifié ;
  • sur la basse vallée du Drugeon, jusqu’à la confluence avec le Doubs, les usages (lotissement en zone inondable, exploitation agricole) ne permettent pas de réemprunter l’ancien tracé. Un décaissage des berges rend possible la création d’un lit moyen et d’un lit d’étiage. Ce dernier est jalonné de risbermes, de blocs et d’épis. Parallèlement, une recharge et un rehaussement du lit en petits graviers et en galets issus du décaissage des berges sont réalisés.

Targeted actors

Agriculteurs, pêcheurs, et habitants locaux (notamment situés en zone inondable)

Actors involved

Les partenaires techniques du projet sont :

  • L’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA)
  • La délégation interrégionale Bourgogne Franche-Comté et service département
  • La direction départementale de l’agriculture et de la forêt (DDAF)
  • L’Université de Besançon
  • La Fédération départementale pour la pêche

ODD and target concerned

  • ODD6 - Garantir l'accès de tous à l'eau et à l'assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau

Nature-based solutions used (as defined by IUCN)

  • Amélioration de la gestion d’écosystèmes pour une utilisation durable par les activités humaines

Societal issue addressed by the nature-based solution (as defined by the IUCN)

  • Sécurité hydrique

Gain(s) for biodiversity

Concernant la biologie, les suivis piscicoles et macrobenthiques montrent tous une évolution positive. Cette évolution peut être très forte dans les secteurs où la restauration a été ambitieuse : certains tronçons arrivent à nouveau à atteindre 19 à 20 d’IBGN, mais la note est plus modérée dans les secteurs où une simple diversification a été réalisée.

Néanmoins, l’optimum écologique n’est pas encore atteint partout, en raison notamment de pollutions diffuses dues à des produits phytosanitaires (traitement du bois, ballaste du réseau ferré, traitement communal et privé des chaussées et espaces verts…), confirmées par des mesures physico chimiques ; ou à des pollutions organiques qui entrainent des développements massifs d’algues vertes ou de végétaux aquatiques, malgré la mise en place de l’assainissement sur le secteur.

Other benefit (s) in relation to the targeted issue

Depuis 1997, les travaux ont permis de regagner 7 kilomètres de méandres et environ 300 hectares de zones humides et de pelouses sèches sont réouverts.
Les suivis montrent une amélioration de la qualité des habitats du cours d’eau. La qualité habitationnelle varie en fonction des techniques de restauration utilisées. Elle sera maximum dans les cas de reméandrage et plus limitée lorsqu’il s’agit de diversification.

Les résultats piézométriques montrent que la nappe s’est rehaussée de plusieurs dizaines de centimètres immédiatement après les travaux. Sur le Drugeon amont et moyen le rehaussement peut atteindre 70 à 80 centimètres.

Les suivis thermiques montrent, après plusieurs années que la température estivale n’augmente pas, mais sans rafraichissement notable instantané : la création du nouveau lit et l’absence de végétation suite aux travaux ne permet pas l’amélioration immédiate du régime thermique.

Main brakes

Certains propriétaires ont refusé, certains tronçons ont dond dû être abandonnés.

Main levers

La collectivité souhaitait une adhésion de la population au projet. Les actions menées résultent d’un compromis entre enjeux biologiques, agriculture et activités de loisirs (pêche). La population, associée au projet, est globalement satisfaite des résultats.

Project follow up

Un état initial de l’état rectifié est réalisé. Il prend en compte les potentialités biologiques du milieu, les caractéristiques du milieu physique et les contraintes anthropiques. Un suivi des compartiments physique et biologique post-travaux est réalisé. Chaque tronçon réhabilité est suivi pendant au moins six ans à N+1, N+2, N+3 et N+6. Ces suivis sont réalisés par la communauté de communes et l’Onema et concernent les compartiments suivants :

  • hydrologie et piézométrie (relevé toutes les deux semaines) ;
  • morphologie et hydrodynamique (indice d’attractivité morphodynamique) ;
  • thermographie (21 sondes thermiques sur le cours d’eau mesurant à chaque pas horaire et relevé chaque année) ;
  • physico-chimie (analyse classique et suivi des proliférations algales) ;
  • ichtyologie et astacologie (pêche électriques sur trois à cinq stations par an, référence prospectée chaque année) ;
  • hydrobiologie (MAG20, IBGN).

Is it possible to extend the project in the same territory or to replicate it in another?

Oui